Samuel Graveline

Photographie

Samuel Graveline

Biographie

Artiste en arts visuels, Samuel Graveline vit et travaille à Montréal. Il détient un baccalauréat en Arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (2020), études pour lesquelles il reçoit la bourse d’excellence Monique Charbonneau ainsi que la bourse du Fonds de la Faculté des arts. Il expose à plusieurs reprises, entre autres à la galerie Gham & Dafe, à l’espace Georges-Émile Lapalme, à la Galerie Popop, ainsi qu’à l’édifice Wilder; ses oeuvres figurent également dans quelques collections privées.

S’intéressant aux différents états d’existence des images, il expérimente, au travers d’une pratique multidisciplinaire, leurs potentiels d’évocation par une approche réflexive de la condition photographique. Dernièrement en processus d’exploration quant aux matérialités possibles des images, il participera à Artch ainsi qu’au projet À l’épreuve, du centre d’artistes Arprim, où il présentera des états de recherche empreints de ses nouvelles considérations. Par ailleurs membre de Hibernal, collectif artistique oeuvrant à reconsidérer nos rapports aux différents écosystèmes à travers la recherche visuelle et théorique, il y voit une opportunité d’affiner sa pratique et d’ancrer des réflexions conjointes à ses recherches individuelles, au fil d’échanges et de collaborations fécondes.
Découvrez-en davantage sur l'artiste

Démarche

Ayant une pratique artistique multidisciplinaire animée par les affects intrinsèques des images, il expérimente les différents potentiels d’évocation et de matérialités de la condition photographique, s’intéressant notamment aux concepts de la persistance de l’image, de sa disparition et de son dévoilement, utilisant la lumière tantôt pour révéler l’image, tantôt pour la rendre invisible. Ses recherches l’amènent, entre autres, à réutiliser les images déjà existantes et les archives amateures, à utiliser la photographie comme support, mais aussi comme matériau symbolique menant à d’autres formes de l’image. Approfondissant la notion de l’affect photographique et la construction d’un imaginaire personnel et social par la fonction cognitive et mémorielle des images, ses projets font notamment l’objet d’une mise en relation d’histoires personnelles avec celles d’inconnu.e.s, afin de mettre en relief des motifs partagés.

Par une approche à la fois conceptuelle et poétique des notions qui portent sa pratique artistique, il explore dernièrement le potentiel instinctif de la création, laissant les images se matérialiser d’elles-mêmes davantage qu’en provoquant le moment photographique. Il intègre alors de nouveaux médiums et support à sa pratique, accueillant l’imprévisible et les procédés issus de la création comme étant une part entière de la conception des oeuvres.

De ces dernières restent un écho d’existence, des traces de lumière; le tout soumis au temps, à la fragilité, ainsi qu’à la vibrance de l’acharnement.

Amené à revoir ses méthodes de création et guidé par un désir de travailler autour des nouvelles temporalités qui se sont inscrites dans le quotidien, Samuel Graveline propose un tout nouveau corpus d’oeuvres issues de sa plus récente phase de création.

Les oeuvres proposées découlent à la fois de recherches précédemment initiées et de multiples explorations quant à la condition photographique et la temporalité des images, s’intéressant notamment à la notion de la limite matérielle de la photographie, à savoir à quel moment l’image cesse d’être photographique et quand elle le devient ou encore, aux différentes surfaces sensibles aux traces du temps.

Créant avec des procédés nouveaux à sa pratique, tout en conservant des méthodes qui perdurent depuis ses projets antérieurs, cette récente approche marque un tournant dans sa pratique, accueillant le caractère imprévisible des nouvelles matérialités et, par le fait même, intégrant de nouvelles formes d’affects dans les oeuvres.
Artwork image
Artwork image