Lee Ahreum

Print media, Photo-transferred, object

Lee Ahreum

Biographie

Originaire de Séoul en Corée du Sud, Ahreum Lee est musicienne et artiste multidisciplinaire en arts médiatiques. Elle vit actuellement à Montréal. Ahreum a entamé sa carrière en tant que cofondatrice et chanteuse du groupe rock d’art expérimental Juck Juck Grunzie. Après avoir dédié presque 10 ans à produire des albums et à faire des tournées à l’échelle internationale, elle a élargi ses horizons vers les vidéos et les installations multimédias. Ahreum manipule divers médias dans l’optique d'examiner la boucle de réaction reliant l’individu et la société. Ses plus récentes installations portent sur l’influence des algorithmes qui propulsent les technologies qui se font omniprésentes dans notre quotidien. Ces œuvres se penchent sur l’anxiété sociétale mise en relief par les mégadonnées ainsi que la façon dont les perceptions de chacun de la réalité sont façonnées par les nouvelles technologies.

Ahreum s’est classée parmi les finalistes dans le cadre du Emerging Digital Artist Award de EQ Bank et Trinity Square Video (Toronto) en 2019. Ses expositions et performances l’ont menée à la Fonderie Darling, au Studio XX et à la Galerie Leonard & Bina Ellen (Montréal), ainsi qu’au Third Shift Festival (Saint John) et au Axis Lab (Chicago). Elle a aussi participé aux conférences Intersections | Cross-sections (Toronto) et In Motion: Performance, Unsettled Borders (Chicago), puis au programme pour artistes émergents BAiR au Banff Centre for Arts and Creativity.
Découvrez-en davantage sur l'artiste

Démarche

Les frontières se veulent essentiellement des limites imaginaires. J’en suis venue à comprendre que les frontières sont comme un jeu de marelle. En Corée, les règles de marelle ne sont pas les mêmes qu’en Occident. Une fois que vous faites le parcours des chiffres en sautant, il faut lancer une pierre dans les airs en ayant les yeux fermés. L’endroit où la pierre atterrit vous appartient. C’est par ce geste arbitraire qu’on prend possession d’une section, qu’il faut alors garder et protéger. En tant qu’adulte, ce jeu m’a amené à questionner la nature des frontières, ainsi que de la propriété et des données foncières : Quelle est la différence entre le mouvement physique et le mouvement virtuel ? Comment les appareils numériques permettent-ils d’aiguiller notre sens de l’orientation ? Mes pensées sont-elles ancrées dans un endroit ?

Hopping for Hope est une installation présentant des lignes de marelle tracées sur une série de cartes du monde superposées qui comportent diverses frontières potentielles projetées par Google Maps. L’installation comprend des vidéos expliquant les règles de la marelle, des pierres comportant des images générées par transfert photographique, ainsi que des imprimés recueillis et régénérés à partir d’images de Google Street View et de symboles cartographiques internationaux.
Artwork image
Artwork image
Artwork image
Artwork image